Cancer de la plèvre dû à l'amiante : Lille présente deux traitements prometteurs

Publié le 15 Juin 2017
Cancer de la plèvre dû à l'amiante : Lille présente deux traitements prometteurs

Lille présente les résultats encourageants d’une étude conduite sur 125 patients souffrant d’une tumeur primitive de la plèvre. Ces patients traités pour un mésothéliome Pleural malin (MPM)  ont été suivis dans 21 centres en France, de mars à août 2016. Après leur chimiothérapie en 1ère ligne ou 2ème ligne de traitement, ils ont bénéficié d’une immunothérapie.  Deux protocoles étaient à l’étude : le nivolumab  en monothérapie ou le nivolumab en association avec l’ipilimumab.  Leur évaluation a tenu compte des critères suivants : le taux de contrôle de la maladie, la toxicité, la survie sans progression, la survie globale, la qualité de vie...

L’étude a démontré un taux de stabilisation à 12 semaines  de 44,4% pour les patients traités par nivolumab, et de 50% pour le groupe traité par nivolumab plus ipilimumab. La diminution de la surface tumorale  était de 18.5% pour le groupe traité par monothérapie et de 25,9% pour les patients en traitement combiné. La médiane de survie globale était de 10,4 mois dans le groupe traité par nivolumab tandis que la durée médiane n’a pas encore été atteinte dans le groupe de traitement combiné (plus de 50% des patients étant en vie au moment de l’analyse). La survie sans aggravation de la maladie  était de 4,0 mois dans le groupe traité par nivolumab en monothérapie et de 5.6 mois dans le groupe de traitement combiné. Concernant le profil de tolérance, la fréquence d’effets indésirables sévères était de 18% dans le groupe de traitement combiné nivolumab plus ipilimumab et de 9,5% dans le groupe traité par nivolumab.

Ces données attestent l’efficacité de l’immunothérapie par nivolumab seul ou associé à l’ipilimumab dans le traitement du mésothéliome.

Ces traitements représentent une avancée thérapeutique prometteuse  en 2ème ou 3ème ligne de traitement pour les patients atteints d’un mésothéliome pleural malin non opérable.

Pour en savoir plus, consultez le communiqué de presse.