Prix Valorisation MESHS, lauréat 2016

Publié le 18 Décembre 2016
Prix Valorisation MESHS

Dans le cadre de son Conseil Stratégique de Valorisation, présidé par Martine Benoit, Directrice de la MESHS, et Olivier Berut, Directeur de « On Peut Parfaire Le Monde » et en étroite collaboration avec NFID, la MESHS a lancé pour la première année le « Prix Valorisation MESHS » d’une valeur de 3 000€ à l’attention des docteur.e.s en Sciences Humaines et Sociales diplômé.e.s des Écoles doctorales de la Région Hauts-de-France.

Ce « Prix Valorisation MESHS » a pour objectif de soutenir la valorisation des travaux réalisés par des jeunes chercheurs et vise à une meilleure appropriation de ces travaux par les acteurs du monde socio-économique.

La cérémonie de remise des prix du Collège Doctoral Lille Nord de France s’est tenue le 22 novembre 2016 à Lille Grand Palais lors de la semaine de la Recherche et de l’Innovation. C’est à cette occasion que le « Prix Valorisation MESHS » a été décerné à l’unanimité à Madame Marie Debarre-Delcourte , docteure en Histoire médiévale (Spécialités : Histoire environnementale et humanités numériques) de l’Université de Valenciennes et du Haut-Cambrésis.

En effet, Madame Marie Debarre-Delcourte, du laboratoire CALHISTE, a été primée pour sa thèse intitulée Espaces forestiers et sociétés en Avesnois (XIVe-début du XVIIIe siècle). Étude du paysage . Au croisement entre recherche fondamentale et recherche appliquée, cette thèse interdisciplinaire et transdisciplinaire à dimension environnementale proposait en valorisation un outil informatique stratégique pour les acteurs du monde forestier permettant une meilleure compréhension de l’histoire pour l’avenir du territoire.

Original et d’une grande rigueur académique, ce travail a été dirigé par Mesdames Corinne Beck, professeure des Universités en Histoire et Archéologie du Moyen Age à l’université de Valenciennes et du Haut-Cambrésis et Fanny Milbled, directrice adjointe déléguée au plan forêt et à l’action environnementale territoriale à la Région Hauts-de-France, a reçu le soutien de cette Région par la mise en place d’une Convention Industrielle de Formation à la Recherche (CIFRE).

Les résultats de cette thèse sont doubles : d’une part, sur un plan purement académique, une production scientifique de grande qualité et d’autre part, sur le plan de la valorisation non académique, un résultat, à fort impact environnemental, en termes d’outil d’aide à la construction d’une politique publique et à la mise en place de politiques de boisement et de préservation de la biodiversité en lien avec le Plan Forêt Régional3 et le Schéma Régional de Cohérence Écologique Trames Vertes et Bleues (SRCE-TVB).