Projet de développement

Dans les phases précédentes, le chef d'entreprise et ses collaborateurs se devaient de faire preuve d'ouverture, de créativité, d'imagination, éventuellement de fantaisie. La phase de lancement du projet va demander d'autres qualités : il faut s'organiser, produire dans les délais, avec la qualité requise, gérer des approvisionnements, des commandes, des actions commerciales . La compétence de base n'est plus la créativité, mais la gestion de production. Cela concerne d'ailleurs l'ensemble de l'entreprise, et non plus seulement l'équipe qui a travaillé sur le projet. Un problème important de cette phase est de savoir arbitrer l'affectation des ressources de l'entreprise  entre le nouveau projet - qui mobilise l'attention et les énergies - et les anciennes activités, qui présentent peut-être moins d'attraits, mais qui, jusqu'à preuve du contraire, font vivre l'entreprise !

Si l'innovation fait un peu figure de saut dans l'inconnu, il est peut-être prudent de ne pas se lancer à corps perdu,mais de procéder par étapes, lorsque cela est possible. Cela peut revêtir au moins deux aspects :

Effectuer des tests de commercialisation

Les études de marché effectuées dans la phase de préparation du projet doivent donner des indications suffisamment fiables. Mais il restera toujours prudent de les valider par des tests de commercialisation. Lorsque cela est possible, l'idéal est de retenir quelques bons clients de l'entreprise, qui acceptent d'essayer le nouveau produit ou le nouveau service ; cela fonctionnera particulièrement bien dans le cas où l'innovation provient de leur propre demande. Si l'innovation ne se prête pas à un test auprès de clients anciens de l'entreprise, il faut effectuer le test sur un segment de clientèle.

Faire évoluer les techniques de production

Le problème des phases de démarrage de production, c'est que les procédés adaptés à des petits volumes ne conviendront pas aux volumes plus importants attendus pour la suite du projet. Il faut, à chaque fois que c'est possible, trouver des techniques de production et des solutions de sous-traitance qui évolueront avec les contraintes de chaque étape. Dans le début de la phase de lancement, le produit ou le service n'est pas encore parfaitement stabilisé. Des modifications peuvent encore intervenir, en fonction notamment des premières réactions des clients. Les techniques de production, autant que possible, doivent rester souples et adaptables. Mais il faut savoir déterminer le moment où, compte tenu des moyens de production mis en place, on fige le produit ou le service. Les idées d'amélioration, d'où qu'elles proviennent, ne sont alors plus prises en compte mais mises en réserve pour la prochaine génération du produit. Il est très important, dans la phase de lancement, de bien mettre au point les relations avec les entreprises partenaires, en particulier les fournisseurs de composants importants. Des accords fiables et durables doivent être établis.
Tout ne dépend pas de l'entreprise : les réactions du marché et les ripostes des concurrents seront deux éléments fondamentaux à suivre. Les méthodes de suivi sont donc au moins aussi déterminantes dans la réussite du projet que les méthodes de préparation :

Suivre le marché

Les réactions du marché sont à suivre avec la plus grande attention. Les premiers résultats doivent être comparés aux prévisions. Il arrive fréquemment que l'on constate des écarts, dans un sens ou dans l'autre. Il faut rechercher les causes de cet écart dans les quatre composantes du "marketing mix". Mais l'écart peut provenir aussi d’un problème de temps. Il faut s'assurer que l'on a bien évalué les délais de pénétration du produit dans son marché.

Surveiller les concurrents

Les concurrents ne resteront pas inactifs. Il est essentiel de les surveiller attentivement et de détecter l'arrivée de nouvelles entreprises. L'innovation procure toujours un avantage concurrentiel mais n’octroie presque jamais une rente de situation. Du moins, cette rente ne dure jamais très longtemps...
En connaissant bien les réactions des concurrents, l'entreprise peut cadencer de façon optimale sa propre stratégie : opérations de promotion commerciale, évolution des prix, lancement de nouvelles versions du produit ou de services complémentaires, attaque de nouveaux segments, utilisation de nouveaux circuits de distribution... Tout sera décidé en fonction des contraintes internes de l'entreprise et de ses objectifs ainsi que par rapport aux réactions observées ou attendues des concurrents.

source : Aditec Pas-de-Calais CEEI

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2010 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.